RENCONTRE AVEC...

SAM GARCIA

ÉBÉNISTE AUDACIEUX ET CRÉATIF

Copie de IMG_3970.HEIC.heic

MA PETITE CABANE

CURRICULUM ARTISANAE

Copie de IMG_4048.HEIC.heic

Vue de la mezzanine de l'ébénisterie Desnouettes, Paris 15

"

D’où viens-tu, quel est ton parcours ?

 

Avant de me reconvertir et me lancer dans l’ébénisterie, je travaillais sur d’importants projets de construction. J’ai beaucoup voyagé et ai eu la chance d’habiter en Norvège, en Afrique, au Mexique et en Grande Bretagne. C’était très exaltant et extrêmement riche d’enseignements ! Mais il y a 3 ans, j’ai eu envie de me consacrer au travail du bois, une activité que je mettais de côté depuis trop longtemps. 

 

Plusieurs évènements m’ont poussé à changer d’activité et à suivre ce désir de reconversion. J’ai notamment récupéré ce lieu extraordinaireque j’ai transformé en atelier. Je me suis inscrit en CAP en cours du soir à l’école Boulle par le biais du GRETA. Cette formation a confirmé ma nouvelle orientation et mon goût pour le métier, la découverte des techniques et méthodes, l’appréhension de la matière, le travail de précision, les étapes d’esquisses, de dessins et de projection... J’avais déjà eu l’occasion de travailler au sein d’un atelier à Ivry que je partageais avec une artiste plasticienne : cette période, concomitante avec ma formation à Boulle, m’a énormément aidé à fonder et aiguiser mon approche personnelle du travail du bois et de la création d’un meuble de A à Z. 

"

Copie de IMG_4006.HEIC.heic

"

Raconte-nous l'histoire de ce lieu !


 

C’est un long périple ! Le lieu était laissé à l’abandon, j’ai commencé à m’y intéresser en 2016 et j’ai finalement réussi à l’acquérir la même semaine que mon départ de mon ancien travail. J’y ai vu un signe. J’ai commencé à en transformer une partie en atelier et, de fil en aiguille, j’y ai réalisé de nombreux aménagements. 

 

Je me suis investi corps et âme dans ce lieu. Aujourd’hui fonctionnel, il nous permet de générer des projets et recevoir des clients. C’est une aventure entrepreneuriale, avec une activité à construire, un quartier à conquérir, un portefeuille client à remplir... Avec du recul je me dis que j’aurais pu reprendre une ébénisterie, mais je pense que ça n’aurait pas été aussi profondément ancré dans mes tripes. Je sais qu’il me reste beaucoup de chemin à parcourir, d’erreurs à commettre, de leçons à retenir, mais aussi de réussite, de sourires et d’émotions : c’est ce qui me fait lever le matin. 

"

Copie de IMG_3964.HEIC.heic

Vue de l'ébénisterie Desnouettes, Paris 15

Pourquoi l'ébénisterie finalement ?


 

"Ce qui me fascine et me passionne, c’est le fait de créer des éléments que l’on transporte dans le temps. Le mobilier d’une manière générale, ce sont des objets que l’on garde toute sa vie, avec une valeur sentimentale et patrimoniale. J’aime concevoir des objets qui correspondent aux goûts et aux attentes des clients mais qui ont la force d’aller aussi au-delà de leurs envies, qui vont suivre leur famille de génération en génération. Je ne suis pas forcément accroché aux choses matérielles mais beaucoup plus aux sentiments, aux émotions qu’elles ont le pouvoir de procurer. A travers l'ébénisterie, on participe à ces émotions et ces souvenirs, on crée du mobilier qui fait partie des moments forts d’une vie, qui constituent les images dont on se souviendra. 

 

Au quotidien, j'aime réfléchir avec le client à l’importance du meuble attendu. Je suis très attentif à sa durabilité dans le temps et au choix des matières. "

​​​

Quels sont les matériaux que tu utilises justement ?

"Je suis très attaché au chêne, c’est un peu ma Madeleine de Proust. Je suis né au Canada mais, très tôt, nous sommes retournés vivre en France, dans les Landes. Même si la forêt y est remplie de pins, ce sont les trois beaux chênes de mon jardin que mon arrière-grand-père avait plantés qui m’ont le plus marqué. J’ai joué toute mon enfance et mon adolescence sous ces chênes. Je les ai vu perdre leurs écorces, grandir, et même saigner. Naturellement, j’ai choisi le chêne pour mes premières réalisations en ébénisterie ! C’est un bois plus responsable que d’autres essences car on en trouve en France dans d’excellents niveaux de qualité. 

 

Ensuite, je me suis pris de passion pour le noyer. Il se combine très bien avec le chêne. Sa couleur teintée naturelle m’inspire beaucoup, je trouve son aspect majestueux, raffiné, parfois sensuel. 

 

Je crois que 90% de mes projets sont réalisés à partir de ces deux essences la. Je m’intéresse aussi à l’hêtre et au frêne, et parfois à des essences un peu mises de côté comme l’Acajou ou le Meurisier notamment. "

Quels sont les défis auxquels tu es confronté ?

"Le montage. Le vrai défi, c’est d’assembler toutes les pièces de bois sans quincailleries (c'est-à-dire sans l’aide d’aucune vis et d’aucun clou). Il faut donc fabriquer des éléments qui s'emboîtent ou qui s'assemblent uniquement avec de la colle ou de la résine. C'est là toute la technique fondamentale de l’ébéniste : obtenir un meuble le plus propre possible."

Capture d’écran 2021-09-12 à 18.47.05.png
Capture d’écran 2021-09-12 à 18.47.01.png

"

Quelles sont tes inspirations ?


 

Je ne dirais pas que je suis par inspiré des créateurs, designers ou ébénistes en particulier. Il n’y en a pas un qui m’inspire plus qu’un autre, je pioche dans ce qui me plait, dans ce qui m’intrigue aussi. Je vois tellement de choses très inspirantes, sur les réseaux sociaux notamment. Beaucoup de gens publient leurs créations et c’est très intéressant. J’aime beaucoup me promener dans les grands magasins qui se donnent les moyens d’avoir du mobilier de qualité. Cela ne veut pas dire que j’aime toute la pièce, mais souvent une partie de celle-ci. L’une des choses que j’ai réutilisé sans aucune limite et qui m’a beaucoup touché, c’est la technique du gainage de pied. Elle consiste à créer un pied de table ou de meuble qui est plus fin en bas et plus large et robuste en haut. Il offre un raffinement comparable à une jambe et la finesse d’une cheville. J’adore l’effet esthétique ainsi procuré. 

"

Quel est le premier objet que tu as créé ?

"Ma première pièce à été une table hexagonale. J’ai pris 1 an pour la faire. C’était mon premier grand défi. Bien sûr, je faisais d’autres choses à côté. J’avais des petites fenêtres de tirs pour travailler dessus donc je ne pouvais pas ruminer mes échecs et mes erreurs, je revenais sans cesse dessus quand j’avais un moment et ça m’a permis de beaucoup apprendre. Je recommande tout de même d’aborder un projet beaucoup plus simple en début de parcours. C’est vrai qu’on a besoin d’autosatisfaction, mais on a aussi besoin de se rendre compte que le projet sur lequel on travaille avance. J’ai, pour ma part, passé de nombreuses heures à regarder ma pièce et attendre de savoir quoi faire. Avec le temps je suis allé au bout de mon projet, et ça m’a permis de croire en mes capacités, de m’améliorer petit à petit avant de monter en puissance. "

Quels autres objets as-tu créé ?

 

"J’ai créé un jeu de consoles jumelles que j’aime beaucoup (cf. photo plus haut), des meubles beaucoup plus imposants, une penderie, d’autres tables, une cuisine même ! "

Capture d’écran 2021-09-12 à 18.47.01.png
Capture d’écran 2021-09-12 à 18.46.22.png
Capture d’écran 2021-09-12 à 18.46.00.png

Quel est ton rapport à l'objet ?

"Disons que je suis très sensible à l'esthétique d’un objet. Avant d’être usuel et fonctionnel, il doit rester beau et nous apporter une certaine émotion, de l’exaltation. On a une relation un peu intime avec le mobilier, celui-ci est quasiment en permanence sous nos yeux. Pour moi, la relation avec un meuble est très personnelle, parfois intime ; L’esthétique des formes, son touché sont de ce fait primordiaux."

"

Quel est ton rapport à l'art ?

Il est assez récent. Avant, j’allais dans des musées pour passer le temps, c’était une activité ludique mais je n’appréciais pas réellement ce que j’avais sous le yeux. Désormais, en intégrant un domaine de création qui est étroitement lié au monde de l’art, je découvre une part de moi qui est sensible à ce monde, et surtout à la réflexion des nombreux artistes que j’ai eu la joie de rencontrer grâce à mon nouveau métier. 

"

Artistes avec lesquelles collabore Sam :

Tiffany Bouelle pour l’encadrement de ses œuvres ;

Léa Rivera Hadjes pour la création d'une lampe ;

Katia Monaci pour des cadres vitrés ;

Zara Holm pour l’encadrement de ses oeuvres ;

et Andréa Vamos pour une collab qui aboutira sur des expos à la rentrée et un popup store du 16 au 19 décembre

IMG_3667.jpeg

Sam et l'artiste Léa Rivera Hadjes

As-tu un rituel de création ? Ou une journée type ?

"Il n’y a pas de journée type (rires). Chaque journée est différente, et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime ce que je fais. Mais oui, il y a bien quelques routines qui se mettent en place… Par exemple, le matin je rencontre mes clients et travaille sur des petits détails de mes créations avec des outils de précision, alors que l’après-midi je vais utiliser les machines plus importantes ; Je serai moins dans la finesse des matins, plus dans la production."

"Mon dream project ? J’aimerais beaucoup faire une assise, un canapé. Je suis très intrigué par l’association du cuir et du bois. Je pense que ce sont deux matériaux qui apportent beaucoup de vie. C’est un projet de rêve parce que je trouve que l’endroit où l’on s’assoit et le confort que cela nous procure rejoint cette recherche de confort personnel que je tentaisde décrire juste avant."

Tu as une collaboration en cours il me semble ?

"Oui tout à fait. Je collabore notamment avec Léa Rivera Hadjes autour d’un projet qui nous a été proposé par Maison Percée. L’idée est de créer deux lampes. Ce que j’aime, c’est la complémentarité qu’il y a dans notre travail. On réfléchit ensemble, c’est une collaboration très saine et équilibrée qui met en valeur les forces de chacun. On travaille beaucoup sur le passage de la lumière à travers les œuvres de Léa. Notre dynamique avec Maison Percée et Léa est très prometteuse, et nous sommes liés par cette envie commune de créer quelque chose de bien ensemble."

Merci Sam pour ce moment partagé avec toi et ton accueil chaleureux. 

 

On vous invite à retrouver le travail de Sam sur son Instagram. N’hésitez pas à le contacter pour lui rendre visite à l'atelier et concocter un projet sur-mesure à votre image !

Copie de IMG_3983.HEIC.heic
  • Instagram
logo_maison_percée_fond_noir_Plan_de_t
trois barres menus site maison percée_P