Tiffany Bouelle est une artiste peintre et plasticienne franco-japonaise basée à Paris. Ses formes géométriques accrochent le regard et caressent l'âme, ses aplats de couleurs et superpositions questionnent ; ses œuvres envoûtent.

Et nous offrent un moment d'accalmie dans le tumulte de l'existence.

Ce sont des artistes comme Tiffany qui nous poussent à nous dépasser chaque jour pour vous offrir un objet d'exception qui révèle leurs oeuvres les plus fascinantes ; nous tenons à vous la présenter.

Vous raconter son parcours, sa recherche, ses techniques, mais aussi ses inspirations et ses désirs.

Vous rapprocher de ses oeuvres, de l'absolu dont elle fait preuve. 

Un motif pour un alphabet

Le projet RENCONTRES

Tiffany Bouelle a développé un répertoire de formes et de motifs qui est devenu au fil de temps un marqueur identitaire de son travail. Cet "alphabet" est né avec son projet Rencontres, initié en 2014.

 

À l'époque, l'artiste souhaite recueillir des témoignages de femmes françaises autour de la perception qu'elles ont de leurs corps, et le regard que porte la société sur celui-ci. Bien avant #metoo, la violence des témoignages reçus est un choc pour Tiffany, qui fait une pause dans sa recherche.

 

5 ans plus tard, Tiffany élargit sa recherche pour étudier l'impact des réseaux sociaux et des codes que les femmes intériorisent dans leur éducation et culture. L'artiste sent qu'elle doit se confronter à d'autres vécus, et s'envole pour l'Inde sur un coup de tête. Un voyage formateur, riche en rencontres, découvertes et création In Situ. Tiffany y aborde des sujets presque tabous : les règles, la religion, la famille... Toujours en créant des œuvres et des motifs suite aux entretiens qu'elle mène. L'artiste est en effet synesthésique : des formes et des couleurs lui apparaissent lorsqu'elle discute avec ces femmes.

Ces formes représentent des fragments de corps. Elles sont toutes uniques et correspondent à la concrétisation esthétique d'intériorités refoulées. Ces "bouts de corps" forment un alphabet qui raconte, qui libère et qui inspire. La solidarité surtout, universelle, mais aussi la sororité puisqu'il s'agit souvent de la représentation des complexes physiques des femmes interrogées.

Les toiles et dessins qui ressortent de la rencontre avec ces femmes de différentes cultures sont l'étape finale

d'un parcours oscillant entre performance in situ et recherche documentaire.

Une passion nourrie de voyages

L'ARCHITECTURE

Une autre dimension du travail de Tiffany Bouelle se trouve dans ses aplats de couleurs. Superpositions de ses souvenirs de voyages, ils sont également inspirés par sa double culture franco-japonaise et l'esthétique du Wabi-Sabi. Cela explique les détails imparfaits que l'on peut remarquer dans ses oeuvres. L'artiste n'est en effet pas attachée à une perfection inatteignable et lisse, mais bien à la transcription brute de ses émotions et de son vécu.

Influencée par l'architecture et sa passion pour le Bahaus, Tiffany peint des endroits, des lieux, et utilise constamment de nouveaux et nombreux matériaux selon ses projets. Cela lui permet de changer de technique et simuler sa créativité.

 

Des couloirs du Vatican à un temple tokioïte, l'artiste cherche à retranscrire l'intensité des vibrations historiques et artistiques qui se cachent dans le bâti. En découlent des toiles abstraites, colorées, évocatrices d'un endroit qui l'a marquée.

Ces portraits d'inconnus représentent les descendants universels des statues antiques aperçues à Rome. Androgynes, graphiques, rythmiques, ils évoquent autant le masculin que le féminin. Intimes et universels.

Délivrer un message grâce à

L'ART ABSTRAIT

Styliste de formation et touche-à-tout de nature, Tiffany cherche sans cesse à dépasser la toile et challenger sa pratique. Objets, corps, espaces, tout y passe ! Et tout est matière à devenir un support de création.

Inspirée par une recherche de moyens plutôt que par la fin, Tiffany brouille les frontières entre des arts que l'on sépare trop souvent.

Tiffany Bouelle utilise l'art abstrait comme un pont, une transition vers une vérité. Dans la simplicité et les irrégularités, l'artiste se sent libre d'aborder tous les sujets.

L'univers qui l'entoure est un champ d'expérimentation. Les collaborations sont pour elle une manière de dépasser les frontières élitistes du marché et s'adresser à tous types de publics.

Crédits : Andréa Bresciani pour les photographies produits / Jeanne Perrotte pour les photographies dans l'atelier de Tiffany Bouelle

SUIVEZ-NOUS

À PROPOS

*Le fait de cliquer sur ce bouton vous abonne à nos campagnes marketing. 

INSCRIVEZ-VOUS ET RESTEZ INFORMÉS*

par email ou du lundi au vendredi

de 11h à 15h au 06 09 13 63 35

© Maison Percée 2020